arrow-left
image-news
Guillaume Karli, avec Marie Gaitey -  11/05/2022

"L’objectif est l’Open de France"


Le Comité du Bas-Rhin parraine une équipe pour la SuperLeague 2022, avec un roster XXL composé de joueurs professionnels. A l’origine de ce projet, Lionel Mainas nous en dit plus.

Comment est né le projet de créer une équipe 3x3 ?

En tant que chargé du développement 3x3 pour le Comité du Bas-Rhin, je suivais l’organisation de différents Open et le développement de structures spécialement conçues pour cette discipline. Mon passé de joueur ainsi que mon intérêt pour le coaching ont été les bases. Après avoir échangé avec des joueurs l’année dernière, et surtout Jason Bach (ASA, Pro B), on s’est lancés.

Tu peux nous en dire plus sur le nom et la composition de l’équipe ?

On ne s’est toujours pas arrêtés sur le nom, on attend d’avoir le retour d’un sponsor. Ce sera la marque suivie de "67." D’ailleurs, notre équipe est purement alsacienne. Jason Bach et Sylvain Sautier, joueurs de l’AS Alsace, ont informé leurs connaissances professionnelles de la construction de ce projet. Valentin Correia, Theo Diehl, Anthony Labanca (Nancy, Pro B) et Arnaud Imhoff (Les Sables, NM1) ont rejoint l’aventure. On cherche le septième joueur.

Un roster composé de plusieurs joueurs professionnels, comment vous vous êtes organisés ?

On pouvait fournir des moyens humains et apporter un regard technique pour former une équipe compétitive. Concrètement, c’est une mise à disposition de créneaux d’entraînements destinés au 3x3, compatibles avec leur saison de championnat. Pour éviter une blessure ou un autre imprévu, les sessions se font à vide. Les joueurs sont moteurs, très motivés. La présence de Clément Frisch aux entraînements était un plus. Même s’il se destine à un autre parcours, ce sont des moments "Esprit 3x3" où jouer entre copains s’ajoute à un basket de qualité.

Quelles sont vos ambitions ?

On veut participer à cinq Open Plus pour obtenir le bonus, avec notamment Strasbourg et Gérardmer. Et l’objectif principal reste l’Open de France. L’année dernière, certains joueurs avaient réussi à aller aux qualifications. J’estime qu’on peut prétendre au minimum à cette étape. En tant que manager, j’ai des très bons joueurs de basket que je dois transformer en joueurs de 3x3. Ils vont rivaliser avec des spécialistes de cette discipline. Je vais leur apporter mon aide en renforçant leurs connaissances tactiques. Il y aura aussi un kiné et un ostéopathe pour nous accompagner.

Et du côté féminin ?

Je n’ai pas eu le temps ni l’opportunité de constituer une équipe fille. Pour qu’ils soient notre vitrine, on va se concentrer sur les garçons cette année et on montera un groupe féminin au fur et à mesure. Ce sera la même chose pour les U18. J’ai des pistes mais elles n’étaient pas disponibles pour cette SuperLeague.

Et plus largement, un objectif FIBA World Tour est-il envisageable ?

A moyen terme, j’aimerais avoir un vivier de joueurs plus jeunes qui pourraient s’entraîner avec l’équipe "Elite" pour pouvoir les former et préparer la suite. On veut donner envie de rentrer dans cette team. Bien sûr, on veut viser plus haut. J’attends beaucoup du circuit professionnel 3x3. A long terme, l’idée serait d’avoir une équipe professionnelle à Strasbourg.